webleads-tracker

Et si l’intelligence artificielle nous sauvait de nous-mêmes ?

Fin 2016 et un triste constat s’impose : nous avons tué Internet. Pas les différents gouvernements et leurs décisions liberticides qui ont toujours couru après les usages, mais nous autres utilisateurs avec nos comportements. Du cyber-harcèlement aux informations fausses publiées, en passant par une prise de parole décomplexée, certains ont tout simplement cassé le jouet sur lequel ils jouent. Et au milieu de tout ça, les GAFA et les réseaux sociaux sont souvent montrés du doigt pour être trop attentistes sur ces questions de comportement, ayant une prépondérance à ménager le chou et la chèvre, à savoir respecter la liberté d’expression de chacun et l’indifférence quasi-générale face à ces comportements. Mais, la dernière affaire des Fake News sur Facebook force les géants de l’Internet à réagir sur le sujet. La solution pourrait venir de l’intelligence artificielle et de Google. La firme américaine a présenté, il y a quelques jours, son plan pour supprimer de la toile toute forme d’harcèlement, à commencer par les trolls et les mouvements de foule virtuelle. Le programme s’appelle Conversation AI et est porté en interne par la filiale de Google, Jigsaw, connue déjà pour ses extensions qui luttent contre le phishing.

Conversation AI est pour l’instant incapable de neutraliser une conversation qui devient hostile sur Internet. Son but avoué est plutôt d’encourager la conversation de qualité sur les sites. En somme, isoler les commentaires haineux en encourageant le débat constructif grâce à l’intelligence artificielle et son pendant nécessaire, le machine learning.

A l’heure actuelle, le New York Times teste l’outil pour modérer les commentaires en ligne. Il sera toujours intéressant de lire leur retour d’expérience sur le sujet et savoir si désormais, l’intelligence artificielle saura modérer les comportements haineux et éviter les incidents qui jalonnent depuis quelques mois sur les réseaux sociaux. Finalement, on en revient toujours aux questions que pose l’épisode 6 de Black Mirror.